La célébration des obsèques

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Lorsque quelqu’un décède, on organise pour lui des « obsèques », un ensemble de rites, de gestes, de paroles qui aide à le « suivre » jusqu’au bout de son chemin terrestre.

Les obsèques

L’ Église accompagne les hommes lors des grands passages de leur existence : naissance, adolescence, mariage, maladie et, bien sûr aussi, lors de leur mort. La célébration chrétienne des funérailles est la prière de la communauté ecclésiale pour l’un des siens décédés.

Ce sont les pompes funèbres qui prennent contact avec le secteur pour définir le jour et l’heure de la célébration des obsèques. Vous préparerez ensuite la célébration avec un laïc qui sera accompagné du dirigeant des obsèques (prêtre ou laïc).


Lorsqu’ils se réunissent pour prier autour d’un défunt, les chrétiens se souviennent que, par le baptême, il est devenu enfant de Dieu et que Dieu ne peut l’abandonner dans la mort. Ils le confient à Dieu, Père, Fils et Esprit. Ils le font dans la foi en Jésus-Christ mort et ressuscité pour que tout homme ait la vraie vie. Ils manifestent leur espérance que le défunt vive éternellement auprès du Seigneur. En se rendant proche de l’entourage du défunt, l’Église exerce son ministère de compassion et de consolation. La communauté toute entière saura entourer la famille éprouvée par le deuil en l’accompagnant pendant ces jours douloureux, avant et après la célébration à l’église.

La liturgie des funérailles constitue un chemin. en le parcourant, l’Église accompagne les personnes dans leur douleur, les aide à approfondir le sens chrétien de la vie et la mort et à accueillir l’espérance de la résurrection.

Pour faire mémoire du baptême, la liturgie des funérailles en reprend les gestes et signes symboliques : croix, lumière, vêtement, eau. Une évocation du défunt rappelle que chacun est unique et aimé de Dieu.

Une lumière prise au cierge pascal qui représente le Christ, Lumière du monde, est posée près du cercueil. Elle rappelle la lumière reçue au baptême.

La Parole de Dieu vient rejoindre l’assemblée dans sa tristesse et renouveler son espérance dans le Seigneur Ressuscité.

L’assemblée rend grâce pour la vie du défunt, ce qu’elle a partagé avec lui,et en union avec tous les chrétiens, elle se tourne vers le Père et dit avec confiance la prière reçue du Christ, le Notre Père.

Le rite du dernier adieu se fait généralement à l’église mais peut aussi avoir lieu au cimetière.

L’aspersion, rappel du baptême, est le geste d’adieu de la communauté chrétienne qui se souvient par ce geste du lien qui l’unit dans la foi au défunt.

Ceux qui le veulent manifestent ce lien en venant faire le signe de la croix sur le cercueil. Ceux qui ne partagent pas la foi chrétienne peuvent marquer leur respect et leur affection par un geste, une attitude.

Dans les semaines et dans les mois qui suivent le décès, il est toujours possible de prier pour un défunt, au cours d’une messe. C’est une manière de rester tourné vers Jésus, mort et ressuscité, source d’espérance et force pour ceux qui sont blessés.

Le 2 novembre, la communauté chrétienne prie plus spécialement pour les défunts qu’elle a accompagnés dans leur dernier passage au cours de l’année écoulée

 

Qui présidera la célébration des obsèques ? :

  • soit un prêtre
  • soit un laïc (homme ou femme) ayant reçu une formation et mandaté par l'Évêque de Bordeaux.

Compte tenu du très faible nombre de prêtres  et du nombre de paroisses à desservir (44 pour nos secteurs), près des 2/3 des célébrations d'obsèques sont dirigées par des laïcs, en l'absence du prêtre.

 

"Avec ou sans prêtre, la prière de l’Église pour les défunts a toujours la même valeur"

 

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+