Saint Louis Beaulieu

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Louis Beaulieu, un Saint Langonnais mort en Corée

 

Saint Louis BEAULIEU

Le 6 Mai 1984, à Séoul, capitale de la Corée du Sud, le Pape Jean-Paul II a déclaré "Saint" un enfant de Langon, Louis Bernard Beaulieu, mort en Corée, le 8 Mars 1866. Il avait 25 ans !
Mais qui est Louis BEAULIEU ?

Quelques dates

8 octobre 1840 : naissance

1849 : petit séminaire

1857-1860 : Saint Sulpice

1859 : Mort de sa mère (son père est mort quelques mois avant la naissance de Louis)

Le Cardinal Donnet refuse le départ de Louis pour le séminaire des Missions Étrangères de Paris

Août 1863 : Le cardinal Donnet donne son autorisation pour un départ immédiat.

21 mai 1864 : Ordination

15 juillet 1864 : Départ depuis Marseille

27 mai 1865 : arrivée clandestine près de Séoul

27 février 1866 arrestation

4  mars1866 : procès

8 mars 1866 martyre

 

Brève Biographie

Louis Beaulieu naît à Langon, le 8 octobre 1840, au 5 de la rue Laffargue, alors rue du port. Il ne connaîtra pas son père, mort avant sa naissance. C’est sa jeune maman de 19 ans qui élèvera son fils de santé délicate, tout en continuant son petit commerce de fourniture pour routiers.

Louis entre au Grand Séminaire, en 1857. Il y rencontre de nombreux missionnaires, et sera passionné par leurs récits. Louis est plutôt d’un tempérament calme. Mais ses lettres et la ténacité qu’il montrera pour partir en mission révèlent une forte volonté. Il a écrit dans une lettre : « Aimons Dieu à la folie, et nous serons sages. »

Pour pouvoir partir aux missions Étrangères de Paris, il faut l’autorisation de l’archevêque de Bordeaux, Mgr Donnet. Louis devra revenir quatre fois à la charge ! Il est ordonné prêtre à Paris, le 21 mai1864. Le 15 juillet de la même année, il s’embarque à Marseille pour la Corée, avec trois autres missionnaires…Voyage long et pénible, par Alexandrie, Ceylan, Saigon… 10 mois de navigation ! Ils arrivent en Corée le 27 Mai 1865. Pays grand comme la moitié de la France ; longue péninsule accrochée au continent asiatique, avec des hivers très froids. Les Coréens forment un peuple homogène, issu de diverses tribus nomades. Leur langue est distincte du Chinois ; leur civilisation remonte à près de 4000ans ; leur culture est marquée par les grands courants religieux du Bouddhisme et du Confucianisme. Au plan politique, quand Louis débarque en Corée, c’est une monarchie absolue. C’est aussi un pays très fermé : jalouse de ses frontière, la Corée interdit, sous peine de mort, l’accès de son territoire aux étrangers.

L’Église de Corée a ceci de particulier qu’elle a été fondée par des laïcs. Vers la fin du XVIII° siècle, des lettrés coréens, en recherche de la vérité, tombent sur des livres chrétiens, en particulier une Bible et un livre du célèbre missionnaire en Chine, le Jésuite Italien Matteo Ricci. Ils sont immédiatement séduits par la doctrine chrétienne et la vérité qui s’en dégage ; ils y adhèrent du fond de leur coeur. Apprenant qu’il y a en Chine des prêtres catholiques, ils parviennent à leur envoyer un des leurs, Yi Seunghoun.

Ce messager se fait instruire de la foi chrétienne par les Jésuites de Pékin et reçoit le baptême. De retour en Corée, à l’automne 1784, après avoir avec ses compagnons étudié les documents et l’approfondissement de la « science occidentale », persuadés qu’ils ont trouvé le moyen de vénérer dignement le Maître du Ciel et de pratiquer ses commandements, ils demandent le baptême à Yi Seung-houn. Le groupe d’étude se transforme ainsi en communauté de frères pour prier, étudier et annoncer la Bonne Nouvelle de Jésus Christ. L’Église est ainsi née dans ce pays d’une manière peu ordinaire, par l’intermédiaire de Coréens désirant sauver le peuple.

Elle subit dès le début, tracasseries et persécutions de la part du pouvoir et connaît déjà des martyrs. Ce n’est qu’en 1794 qu’un prêtre chinois, le Père Chu, parvient à se rendre en Corée. Il sera vite repéré et exécuté. A la suite d’appels répétés au Pape, le premier missionnaire européen pénétrera dans le pays clandestinement, en 1836.

Louis Beaulieu se joint aux autres missionnaires ; son évêque, Mgr Berneux, l’envoie dans un district montagneux au Sud Ouest de Séoul. Dans les communautés chrétiennes, la mission a lieu en hiver. A tour de rôle, les différents postes reçoivent le missionnaire, qui entend et baptise les catéchumènes, administre les sacrements, s’entretient avec les uns et les autres. Et tout cela en se cachant, car sa présence est interdite par la loi. Les déplacements se font la nuit, en allant de famille en famille.

La persécution va resurgir, brutale et violente, en 1866 : il n’y a qu’un an que Louis est arrivé ! Aux raisons religieuses se mêlent des raison politiques car les grandes puissances européennes essaient de s’implanter en Asie et provoquent des mouvements anti-étrangers. Le 13 octobre 1860, les troupes franco-anglaises s’emparent de Pékin. A la suite de ce qui se passe en Chine, où l’on massacre des Européens, le roi de Corée signe le décret de persécution, fondé sur la loi contre les étrangers. Les arrestations commencent immédiatement. Louis Beaulieu se cache un certain temps dans les montagnes, mais il est dénoncé, arrêté, jugé et exécuté le 8 mars 1866.

Il sera canonisé par le Pape Jean-Paul II à Séoul, capitale de la Corée du Sud, le 6 mai 1984. Un enfant de Langon, Louis Bernard Beaulieu, mort en Corée, à l’âge de 25 ans, est devenu « Saint »

Au cours de trois vagues de persécutions, en 1839, 1846 et 1866, c’est environ dix mille chrétiens, sur un total de vingt mille, qui sont morts martyrs. En 1875, un édit royal stoppe les persécutions ; en 1884, la liberté est accordée au catholicisme.

L’Église de Corée manifeste un dynamisme extraordinaire.

C’est une Église fière de son passé et qui veut rester fidèle à l’exemple de ses anciens. D’où un engagement concret des laïcs dans la gestion, l’apostolat et l’action catholique. C’est une Église qui vit courageusement les exigences de l’Évangile dans le domaine politico-social, en particulier par les efforts de la Jeunesse ouvrière chrétienne et du mouvement des agriculteurs chrétiens.

Aujourd’hui en Corée du Sud, il y a cinq millions de catholiques. Un pays où la confession chrétienne se porte bien. En dix ans, le nombre de fidèles a augmenté d’un million. Les catholiques représentent près de 11% de la population (49 millions d’habitants). Depuis soixante ans, le nombre des baptêmes d’adultes se maintient autour de 10 000 par an, sans compter environ 25 000 baptêmes d’enfants.

Aujourd’hui en Corée du Sud, il y a cinq millions de catholique. Un pays où la confession chrétienne se porte bien. En dix ans, le nombre de fidèles a augmenté d’un million. Les catholiques représentent près de 11% de la population (49 millions d’habitants). Depuis soixante ans, le nombre des baptêmes d’adultes se maintient autour de 100000 par an, sans compter environ 25000 baptêmes d’enfants.

 

Prière à Saint Louis Beaulieu

Toi que le Seigneur nous a donné comme guide en ces temps de brouillard,

Toi qui, jeune encore, as mis tes pas dans les pas de Jésus

Toi qui, sous le regard de Notre - Dame de Verdelais

as cru que tout est possible à celui qui croit,

Toi qui as suivi le Maître de la moisson sans regarder en arrière

jusqu'aux extrémités de la terre, en Corée,

Toi qui es allé jusqu'au bout du don de ta vie

par le martyr pour annoncer l’Evangile,

Rends les baptisés de Gironde, et plus spécialement les jeunes,

attentifs au passage du Seigneur et à ses appels,

Ouvre nos cœurs à la faim d'amour et de vérité des hommes de ce temps.

Réveille en nous le goût du risque d'une vie toute entière donnée pour dire

Jésus-Christ par la consécration religieuse

et le ministère sacerdotal.

Délivre-nous de nos peurs, de nos timidités, de nos hésitations.

Garde tous ceux et celles qui sont engagés au Service du Christ

dans la fidélité à la parole donnée.

Que par ton intercession, continuent de se lever sur cette terre de Gironde

des témoins joyeux et courageux de l’Evangile

et que dans toutes les nations le Nom de Jésus

soit mieux connu et mieux aimé.  

Mgr Maziers

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+